Les lieux indispensables à visiter lors d’un séjour à Tokyo

Difficile d’effectuer un séjour au Japon sans passer par son incroyable capitale. Tokyo offre une telle quantité de lieux à visiter qu’en plusieurs séjours je n’ai toujours pas réussi à voir tout ce que je voulais ! Dans cet article, je vous propose une liste des lieux qui m’ont marqué et que je vous recommande de visiter lors d’un séjour à Tokyo.

Le premier endroit que vous visiterez dépendra sûrement de l’endroit où se trouve votre hôtel, mais j’aime beaucoup le quartier d’Asakusa et le temple Sensô-ji. D’ailleurs choisir un hôtel dans le nord-est de Tokyo (Asakusa/Ueno) permet de visiter pas mal d’endroits, d’autant plus que ces quartiers sont vraiment pleins de charme et les hôtels souvent abordables.

 

Temple Sensô-ji | Parc Ueno | Sanctuaire Nezu-jinja | Akihabara | Sanctuaire Kanda-myôjin | Tokyo Tower | Temple Zôjô-ji | Sanctuaire Yasukuni-jinja | Palais impérial | Sanctuaire Meiji-jingû | Tokyo Metropolitan Government | Shinjuku Gyoen | Gare de Shibuya | Temple Gotoku-ji | Odaiba

 

 

Temple Sensô-ji

Le temple Sensô-ji 浅草寺 est l’un de mes endroits préférés à Tokyo. J’ai eu l’occasion d’y aller trois fois, dont une fois de nuit, et j’adore vraiment son atmosphère.

On entre dans l’enceinte du temple par la magnifique porte Kaminari-mon 雷門 “la porte du tonnerre”, qui donne sur la rue commerçante Nakamise-dôri 仲見世通りet ses nombreuses échoppes. On arrive ensuite devant une seconde porte : la Hôzô-mon 宝蔵門, qui sert d’entrepôt aux trésors du Sensô-ji, avec à sa gauche une magnifique pagode à cinq étages.

 

 

L’histoire du temple commença en 628, lorsque deux frères qui pêchaient ont trouvé dans la rivière Sumida une statue de la déesse bouddhique Kannon. Ne sachant pas qui elle était, ils la relâchèrent dans la rivière mais elle revenait à chaque fois… Le chef du village, qui entendit parler de la statue, décida de venir leur expliquer qui était Kannon et ce qu’était le bouddhisme.

Les deux frères furent tellement passionnés qu’ils décidèrent de se convertir au bouddhisme. La statue de la divinité fut alors entreposée dans une bâtisse qui deviendra le Sensô-ji en 645, ce qui en fait le plus vieux temple de Tokyo.

 

Je vous recommande de visiter également le temple de nuit. J’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour la pagode et la porte Hôzô-mon illuminées. D’autant plus qu’il y a beaucoup moins de monde qu’en journée, ce qui est très agréable.

Près du bâtiment principal du Sensô-ji se trouve le sanctuaire Asakusa-jinja 浅草神社. Si vous ne faites pas attention, vous pouvez facilement passer à côté sans le voir, ce qui serait dommage. L’histoire de ce sanctuaire est liée à celle du Sensô-ji, puisqu’il fut érigé en l’honneur des deux frères et du seigneur du village. (notre article dédié au temple Sensô-ji).

 

 

Parc Ueno

Le Parc Ueno est un immense espace vert, très populaire, situé au nord-est de Tokyo. Il y a vraiment beaucoup de choses à faire et à voir dans ce parc. J’ai aussi beaucoup aimé le quartier d’Ueno, surtout les alentours de la gare JR Ueno, que je trouve très photogéniques.

L’histoire du Parc Ueno est liée au shôgun Tokugawa Iemitsu (1603-1651) qui décida en 1625 de fonder sur les hauteurs d’Ueno le temple Kanei-ji 寛永寺, afin de protéger le château d’Edo (palais impérial de Tokyo).

 

Le temple fut construit sur le modèle du temple Enryaku-ji, surplombant Kyôto d’un côté et le lac Biwa de l’autre. L’étang de Shinobazu que l’on trouve dans le parc ayant pour mission de représenter le lac Biwa.

Ce temple, dédié à la famille Tokugawa, fut malheureusement victime d’un incendie pendant la guerre de Boshin. Les restes de l’enceinte du temple furent alors reconvertis en ce magnifique parc qui ouvrit au public en 1873. On peut encore trouver la pagode à cinq étages du temple Kanei-ji dans le zoo et le bâtiment principal.

Parmi les nombreux lieux à voir dans le parc, il y a le temple Kiyomizu Kannon-dô 清水観音堂. Comme son nom l’indique ce temple est dédié à la déesse de la miséricorde Kannon. Il est situé un peu en hauteur et possède une jolie terrasse.

En descendant les escaliers du temple, on tombe sur une petite île artificielle abritant le Benten-dô. La petite île est entourée de l’étang de Shinobazu où il est possible d’admirer de nombreux lotus et roseaux, mais aussi de louer des pédalos et barques afin de faire un tour sur l’étang.

Comme il faisait beau, on a justement décidé de tester le pédalo ! Il y a trois sortes de pédalos/barques : la barque avec rames (3 adultes, 700¥ pour une heure), le pédalo ordinaire qui ressemble un peu à une voiture (2 adultes et 1 enfant, 600¥ pour 30 minutes) et le pédalo super classe en forme de cygne (2 adultes et 2 enfants, 700¥ pour 30 minutes. J’ai adoré la vue depuis l’étang, avec les bâtiments d’un côté et le parc et la Skytree de l’autre, tout était parfait !

Notre balade au Parc Ueno s’est ensuite poursuivie avec la découverte de deux petits sanctuaires adorables dont je ne connaissais absolument pas l’existence : les sanctuaires Hanazono Inari-jinja et Gôjôten-jinja. (notre article dédié au Parc Ueno).

 

 

Sinon on a beaucoup aimé le sanctuaire Ueno Tôshô-gû, qui fut construit en 1627 à la mémoire de Tokugawa Ieyasu (1542-1616). L’enceinte du sanctuaire est très jolie, avec ses nombreuses lanternes en pierre. Si vous souhaitez voir le bâtiment principal du sanctuaire noir et or, il faudra payer 500¥ (9h-16h30 d’octobre à février et 9h-17h30 de mars à septembre).

Pour notre part on s’est contentés de se balader dans l’enceinte du sanctuaire, je crois qu’on ne savait même pas qu’on pouvait visiter le bâtiment principal et comme on avait déjà bien marché on a rebroussé chemin. Même en ayant passé une journée dans le parc, on n’a pas pu tout voir, puisqu’il y a également le temple Kanei-ji, le zoo d’Ueno ou encore le musée national de Tokyo…

 

 

Sanctuaire Nezu-jinja

Le sanctuaire Nezu-jinja 根津神社 est situé à proximité du Parc Ueno. Il fut construit en l’honneur de Susanoo (le kami des tempêtes) à la demande de Yamato Takeru, un héros japonais très connu.

Son histoire est racontée dans le Kojiki et le Nihonshoki, les deux principaux ouvrages mythologiques du Japon. Son existence n’est pas avérée, mais selon les récits Yamato Takeru était connu pour son courage et son ingéniosité.

Le sanctuaire Nezu-jinja était à l’origine situé un peu plus au nord, mais fut déplacé au 18e siècle. Le quartier où se trouve désormais le sanctuaire est un quartier résidentiel très tranquille de Tokyo. J’aime beaucoup l’enceinte du sanctuaire, surtout son allée de torii. Il y avait des torii très anciens, un peu abîmés, qui avaient beaucoup de charme.

Sachez aussi que l’enceinte du sanctuaire contient de nombreuses azalées et qu’un matsuri (festival) leur est consacré au moment de leur floraison : le Tsutsuji matsuri (fin avril à début mai). (notre article dédié au Nezu-jinja).

 

 

Akihabara

Le quartier d’Akihabara 秋葉原 est un quartier que j’aime beaucoup. Lorsqu’on s’intéresse un tant soit peu à tout ce qui a trait aux jeux vidéo, ce quartier est mythique !

Akihabara, ou Akihabara Electric Town (秋葉原電気街 Akihabara denki-gai), est un quartier qui s’est spécialisé dans l’électronique après la Seconde Guerre mondiale. Des étudiants ont investi le quartier et ont commencé à vendre des appareils électroniques grâce à l’armée qui leur fournissait à prix réduit des surplus de matériaux. Puis, avec le boom de l’informatique dans les années 1980 le quartier a gagné encore plus de renommée.

 

 

Les kanji du quartier 秋葉原 signifient littéralement “la plaine aux feuilles d’automne“. Ce nom vient du fait que le gouvernement japonais a décidé, après le grand incendie de 1870, de laisser une zone défrichée au nord-est du palais impérial pour protéger ce dernier en cas d’un nouvel incendie. Des arbres ont commencé à recouvrir la plaine et les nombreuses feuilles de ces arbres en tombant en automne ont recouvert la plaine, d’où le nom du quartier Akihabara qui se trouve à la place de cette ancienne plaine.

Pour beaucoup Akihabara n’est plus le quartier qu’il était au niveau des jeux vidéo, surtout en ce qui concerne les vieux jeux (rétrogaming). En effet, les touristes étrangers ont pas mal acheté de jeux, pour eux mais aussi pour revendre plus cher à d’autres… du coup, face à la forte demande, les magasins ont augmenté le prix de certains jeux.

En plus, ces dernières années les grandes enseignes du quartier ont racheté beaucoup de petits commerçants qui avaient du mal et Shinjuku abrite pas mal de magasins d’électronique, du coup Akihabara est devenu davantage spécialisé dans les animés/manga. Mais, ne vous en faites pas, il est quand même intéressant de s’y balader, surtout si on fouille un peu en dehors des grandes rues. Pouvoir visiter plusieurs boutiques avec des piles entières de jeux vidéo Nes, Snes… c’est un rêve de gosse.

Sachez aussi qu’Akihabara possède plein de boutiques spécialisées dans le Duty-free (produits sans taxes), il suffit de vous y rendre avec votre passeport et vous pourrez tranquillement acheter des choses moins chers, comme à l’aéroport.

 

 

Sanctuaire Kanda-myôjin

Le sanctuaire Kanda-myôjin 神田明神 est un sanctuaire situé à proximité d’Akihabara. J’aime beaucoup son enceinte, en particulier ses bâtisses très colorées. Il a connu une histoire plutôt mouvementée puisqu’il a été déplacé plusieurs fois.

Il fut tout d’abord construit au 8e siècle, près du quartier de Otemachi, puis fut déplacé en 1603 dans le quartier de Kanda lors de l’extension du château d’Edo, avant d’arriver à son emplacement définitif, près d’Akihabara en 1616. Il a aussi été plusieurs fois reconstruit à cause d’incendies

 

 

Le sanctuaire est dédié à trois principaux kami (divinité shintô) : Daikokuten, Ebisu et Taira no masakado. Les deux premiers font partie des “sept divinités du bonheur”.

L’un des trois plus importants festivals shintô de Tokyo : le Kanda matsuri se déroule ici tous les deux ans. C’est Tokugawa Ieyasu qui l’a organisé pour célébrer sa victoire lors de la bataille de Sekigahara. (notre article dédié au Kanda-myôjin).

 

Tokyo Tower et temple Zôjôji

 

Tokyo tower

La Tokyo Tower 東京タワー fut construite en 1958 et fait partie des monuments emblématiques de Tokyo. Moins élevée que sa grande sœur la Tokyo Skytree (634 mètres), la Tokyo Tower mesure 333 mètres. On l’a reconnaît facilement grâce à ses couleurs rouges et blanches et à sa ressemblance avec la Tour Eiffel, dont elle affiche fièrement sa supériorité de 13 mètres !

J’adore cette tour, qui est tout aussi jolie de jour que de nuit. D’ailleurs, les illuminations sont différentes en été et en hiver, et il y a aussi une couleur spéciale “Diamond veil”, visible seulement le samedi de 20h à 22h.

 

 

Comme de nombreuses tours, on peut évidemment y monter afin de profiter d’une vue sur la ville. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le faire, mais j’aimerais beaucoup ! L’observatoire principal est situé à 150 mètres de hauteur et a pour particularité d’avoir un sol vitré !

Il y a aussi un “observatoire spécial” situé à 250 mètres de hauteur, d’où il paraît qu’on peut voir le mont Fuji quand le temps le permet.

 

Tokyo Tower et temple Zôjôji

 

Temple Zôjô-ji

À quelques mètres de la Tokyo Tower se trouve le temple Zôjô-ji 増上寺. L’enceinte du temple est très jolie, d’autant plus qu’on peut voir la Tokyo Tower en fond.

Il s’agit d’un temple bouddhiste de la secte Jôdo 浄土宗 (école de la terre pure), construit en 1393. Lorsque le shôgun Tokugawa Ieyasu a fait d’Edo (Tokyo) la capitale du Japon, il a fait de ce temple celui de sa famille.

 

Le temple Zôjô-ji fut déplacé à son emplacement actuel en 1598 et a pour particularité d’abriter le mausolée de Tokugawa Ieyasu.

Le temple a subi énormément de dégâts au cours de son histoire, surtout lors des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. La porte principale Sangedatsumon 三解脱門 est la seule à n’avoir jamais été détruite et date de 1622, ce qui est assez exceptionnel. (notre article dédié au Zôjô-ji).

 

 

Sanctuaire Yasukuni-jinja

Le sanctuaire Yasukuni-jinja 靖国神社 est un sanctuaire très controversé. Il date de 1869 et fut construit pour honorer les âmes des soldats qui sont morts au nom de l’empereur japonais. Le problème est que cela inclut aussi les âmes des criminels de guerre de la Seconde Guerre mondiale…

Autant vous dire que ça ne fait pas du tout plaisir aux pays voisins comme la Chine ou la Corée du Sud, surtout quand un homme politique japonais vient s’y recueillir le 15 août, date de la capitulation du Japon.

 

 

Si l’on met de côté cet aspect négatif, j’ai beaucoup aimé l’enceinte du Yasukuni-jinja. Les torii qui mènent au sanctuaire principal sont immenses et le chemin est assez large, ce qui donne une sensation écrasante. Le sanctuaire est particulièrement populaire au printemps, lors de la floraison des sakura car son enceinte en contient beaucoup.

C’est aussi ici qu’a lieu le Mitama matsuri, le festival des lanternes. Il se déroule tous les ans, du 13 au 16 juillet, lors des célébrations d’Obon, la fête des morts. Pour l’occasion 30.000 lanternes sont allumées à la nuit tombée pour guider les défunts qui reviennent parmi nous.

 

 

Palais impérial 

Le palais impérial (Kôkyo 皇居) est comme son nom l’indique le lieu de résidence de la famille impériale. Le palais est situé à proximité du quartier assez moderne de Marunouchi, j’aime beaucoup le contraste qu’il en ressort quand on s’y balade.

Il n’est pas possible de visiter le palais impérial, sauf le 2 janvier et lors de l’anniversaire de l’empereur. On peut seulement voir une partie du palais derrière le pont Nijubashi, mais ne vous en faites pas il y a quand même des choses à voir, comme le “jardin est” du palais impérial qui est ouvert au public, ainsi que le parc Kitanomaru, particulièrement populaire lors de la floraison des sakura.

Le palais impérial est situé à proximité de la Gare de Tokyo 東京駅, la gare principale de la ville, même si ce n’est pas la plus fréquentée, dont le bâtiment est magnifique !

Il fut dessiné par Tatsuno Kingo et inauguré en 1914. Comme beaucoup de bâtiments de la capitale, il fut détruit par les bombardements de 1945 avant d’être reconstruit partiellement en 1947. Ce n’est qu’en 2012 qu’il fut définitivement rénové.

 

 

Sanctuaire Meiji-jingû

Le sanctuaire Meiji-jingû 明治神宮 est comme son nom l’indique dédié à l’empereur Meiji, ainsi qu’à son épouse l’impératrice Shôken.

L’empereur Meiji a gouverné de 1868 à 1912 lors d’une période importante pour l’histoire du Japon, puisqu’elle marqua le retour de l’empereur au centre du pouvoir.

Ce sanctuaire est situé dans l’arrondissement de Shibuya, à proximité du parc de Yoyogi. Pour s’y rendre, on passe par une végétation immense d’environ 100 000 arbres.

La construction du sanctuaire a commencé dès la mort de l’empereur Meiji en 1912 pour se terminer en 1920. Il s’agit d’un sanctuaire plutôt récent, mais qui a pourtant dû être reconstruit, car il fut détruit en 1945 par des bombardements. (notre article dédié au sanctuaire Meiji-jingû).


Si vous arrivez depuis la gare d’Harajuku, vous emprunterez un magnifique chemin dans la forêt passant par d’immenses torii en bois. J’adore tellement ce chemin avec tous ces arbres immenses, son calme, c’est vraiment très apaisant.

Une fois arrivés au dernier torii, on trouve une porte qui permet d’accéder à l’immense cour qui se trouve devant le bâtiment principal du sanctuaire. Cette cour est vraiment impressionnante et permet une vue panoramique à 360° sur tous les bâtiments.

 

 

Tokyo Metropolitan Government

Les grandes villes telles que Tokyo sont toujours impressionnantes vues depuis les hauteurs. La ville possède pour notre plus grand plaisir plusieurs observatoires, situés de part et d’autre de la ville. Certains sont même gratuits, comme c’est le cas du Tokyo Metropolitan Government.

Le Tokyo Metropolitan Governement 東京都庁 est un bâtiment administratif s’occupant des affaires de la préfecture de Tokyo et possède surtout deux observatoires gratuits, proposant une magnifique vue sur Tokyo et en particulier sur le quartier de Shinjuku. Les deux observatoires sont situés au 45e étage de chaque tour du bâtiment.

 

Les deux observatoires sont vraiment très spacieux, il y a même des boutiques et restaurants. Sachez aussi que devant chaque fenêtre, il y a un panneau vous indiquant les lieux que vous pouvez voir depuis l’observatoire, c’est super intéressant. On peut facilement y passer des heures à observer cette magnifique ville.

J’y suis également allée de nuit et je vous le recommande à 100%. Toutes ces lumières… c’est impressionnant ! Bon par contre, avec les lumières dans l’observatoire c’est très compliqué de prendre des photos à cause des reflets sur les vitres… mais vous serez tellement absorbé par la vue que vous n’y penserez plus.

 

 

Parmi les autres observatoires de Tokyo, j’ai visité de Bunkyô Civic Center 文京区役所, également gratuit, que je vous recommande. Il est notamment connu pour avoir une jolie vue sur le mont Fuji quand le ciel est bien clair. Cet observatoire est situé à 146 mètres.

Quant à la star des observatoires, il s’agit bien évidemment de la Tokyo Skytree 東京スカイツリー, ouverte en 2012. Mesurant 634 mètres de haut, la Skytree est une tour de radiodiffusion qui possède deux observatoires, un situé à 350 mètres et l’autre à 450 mètres. Les deux observatoires ont une vue à 360° sur la capitale.

 

 

Shinjuku Gyoen

Lors d’un de mes séjours à Tokyo, je suis arrivée au tout début de la floraison des Sakura, du coup j’ai pu en profiter un peu en visitant le Shinjuku Gyoen 新宿御苑 !

Ce parc est l’endroit parfait pour voir les sakura quand on ne reste pas longtemps à Tokyo car les sakura ne fleurissent pas tous en même temps dans le parc, ce qui laisse plus de chance de les voir.

L’enceinte du parc est vraiment très vaste et magnifique à cette période de l’année. Il y avait des sakura partout, parfois mélangés à d’autres arbres bien verts, du coup ça donnait un magnifique contraste.

En parlant de contraste, on peut voir, depuis le parc, les buildings de Shinjuku dont la fameuse et immense tour NTT. Après une bonne heure de balade, je suis tombée sur le plus bel arbre à sakura que j’ai jamais vu. Il s’agissait d’une sorte de saule pleureur avec des milliers de sakura.

 

 

Gare de Shibuya

Lieu emblématique de la capitale, Shibuya est un quartier populaire où l’on trouve de nombreux magasins et restaurants.

Les environs de la gare de Shibuya sont très populaires, c’est ici qu’on trouve par exemple le “Shibuya crossing” : le célèbre passage piéton qui permet à un flot impressionnant de personnes de traverser à chaque feu rouge.

 

 

C’est aussi ici qu’on trouve la statue d’Hachiko. Si vous ne connaissez pas cette histoire, Hachiko était un chien qui avait l’habitude d’attendre son maître tous les jours, devant la gare, alors qu’il partait travailler.

Si Hachiko est si connu, c’est parce que lorsque son maître mourut, il continua de venir l’attendre devant la gare. Il attendit pendant de très nombreuses années, jusqu’à ce qu’il meurt à son tour. La statue d’Hachiko, construite en son hommage, est un point de rendez-vous très populaire, car il y a vraiment beaucoup de monde autour de la gare.

Sachez aussi que depuis 2019, un observatoire appelé “Shibuya sky” a ouvert dans le quartier et permet de voir le quartier depuis les hauteurs!

 

Temple Gotoku-ji

 

Temple Gotoku-ji

Situé dans le quartier de Setagaya, à quelques minutes de Shinjuku, le Gotoku-ji 豪徳寺 est un temple bouddhiste connu pour ses nombreux Maneki-neko.

Le maneki-neko, (招き猫 “le chat qui invite”), c’est ce célèbre chat blanc tout mignon avec la patte en l’air.

 

 

S’il y a autant de maneki-neko, c’est parce que selon une légende c’est ici qu’il serait né. (notre article dédié au Gotoku-ji).

Les maneki-neko ne se trouvent pas dans toute l’enceinte du temple, mais dans une partie qui leur est réservée. Même si le coin des maneki-neko est relativement petit par rapport à la taille de l’enceinte du temple, il y en a tellement que c’est impressionnant.

 

 

J’ai vraiment adoré cet endroit. Il y a plusieurs tailles de maneki-neko et il y en a même des vieux recouverts de mousse verte. Vous pouvez en acheter un vous-même dans l’enceinte du temple et le mettre avec les autres ou alors faire comme moi et le ramener chez vous !

Aussi, le quartier du temple est vraiment très agréable, il est situé à quelques minutes de Shinjuku et pourtant il est si calme.

 

 

Odaiba

Odaiba お台場 est une île artificielle construite dans la baie de Tokyo. Pour rejoindre le lieu, on peut emprunter un monorail, le fameux pont Rainbow bridge ou même venir en bateau.

On trouve à Odaiba pas mal de magasins pour faire du shopping, des lieux de divertissement et des restaurants. C’est aussi à Odaiba qu’on trouve un robot Gundam géant mesurant environ 20 mètres !

 

 

Je suis allée à Odaiba une seule fois pour y voir le Comiket, un événement au Tokyo Big Sight consacré aux manga avec des cosplayers. Le soir, il y avait un feu d’artifice qui n’existe malheureusement plus depuis.

Pour voir le feu d’artifice (auquel j’ai assisté en 2012) on s’était installés sur une petite plage donnant sur le Rainbow bridge. Mon appareil photo était pas terrible, donc les photos ne sont pas très jolies, mais le pont est vraiment magnifique de nuit. Sachez aussi que juste devant le Rainbow bridge on trouve une réplique de la statue de la liberté.

 

—-

 

Voilà pour cette présentation des lieux incontournables de Tokyo. Il me reste encore beaucoup d’endroits à voir dans la capitale… d’autant plus que des nouveaux lieux ont ouvert depuis la dernière fois que j’y suis allée, en 2017… D’ailleurs si vous avez des lieux favoris à conseiller, n’hésitez pas à les partager en commentaire 🙂

 

S’inscrire à la newsletter :

 

Texte : Claire-Marie Grasteau

Photos : Kevin Kabri

 


Mémo


 

Temple Sensô-ji

S’y rendre ?

La façon la plus simple de s’y rendre est de s’arrêter à la station Asakusa (ligne Ginza) et de prendre la sortie 1.

 

Parc Ueno

S’y rendre ?

Le parc est accessible depuis la gare JR Ueno (Yamanote), mais aussi depuis la gare Keisei Ueno.

Horaire et tarif ?

Le hall principal du temple ouvre de 6h à 17h (6h30 d’octobre à Mars). Le reste du temple, quant à lui, est ouvert tout le temps. L’enceinte et le hall principal du temple sont gratuits.

 

Sanctuaire Nezu-jinja

S’y rendre ?

La station la plus proche est la station Nezu (ligne Chiyoda), mais il est tout à fait possible de rejoindre le sanctuaire à pied depuis la station Ueno (environ 20 minutes de marche).

Horaire et tarif ?

Ouvert de 8h à 17h. Gratuit.

 

Sanctuaire Kanda-myôjin 

S’y rendre?

Le sanctuaire est situé à quelques minutes à pied de la gare Ochanomizu, mais vous pouvez aussi vous y rendre depuis la gare d’Akihabara ce qui vous permettra de visiter le quartier.

Horaire et tarif ?

Le sanctuaire est ouvert en permanence. Gratuit.

 

Tokyo Tower et Zôjô-ji

S’y rendre ?

Il y a plusieurs stations de métro où descendre pour accéder à la Tokyo Tower et au temple Zôjô-ji : Onarimon, Kamiyacho, Akabanebashi, Hamamatsucho… à vous de voir selon d’où vous venez !

Horaire et tarif ?

La Tokyo Tower est ouverte de 9h à 23h (dernière entrée à 22h30)

900¥ pour le premier observatoire et 1600¥ pour les deux observatoires.

Le temple Zôjô-ji est ouvert de 9h à  17h et l’entrée est gratuite.

 

Sanctuaire Yasukuni-jinja

S’y rendre ?

À quelques minutes de l’arrêt de métro Kudanshita, sur les lignes Hanzomon, Shinjuku et Tozai.

Horaire et tarif ? 

Ouvert de 6 à 18h (17h de novembre à février). Gratuit.

 

Sanctuaire Meiji-jingû

S’y rendre ?

Le sanctuaire Meiji-jingû est accessible depuis différentes stations mais je pense que Harajuku, situé sur la Yamanote-line est la plus proche.

Horaire et Tarif ?

L’entrée est gratuite et le sanctuaire est ouvert du lever au coucher du soleil.

 

Tokyo Metropolitan Government

S’y rendre ?

Depuis la gare JR Shinjuku, prendre la sortie ouest.

Horaire et tarif ?

L’observatoire du Nord est ouvert de 9h30 à 23h, alors que celui du sud est ouvert de 9h30 à 17h30 (23h quand celui du nord est fermé)

Les deux observatoires sont fermés du 29 décembre au 3 janvier (sauf le 1er janvier). L’observatoire du Nord est fermé les 2e et 4e lundi de chaque mois (le jour suivant si le lundi est férié)

Les deux observatoires sont gratuits.

 

Shinjuku Gyoen

S’y rendre ?

Il y a plusieurs portes pour entrer dans le parc : la Shinjuku Gate et la Okido Gate sont situées à quelques minutes de la gare Shinjuku gyoen mae. La Shinjuku Gate est aussi située à 10 minutes de la gare JR Shinjuku et la Sendagaya Gate est à 5 minutes de la gare JR Sendagaya.

Horaire et tarif ?

Ouvert de 9h à 16h30 (dernière entrée 16h). Ouvert tous les jours pendant les sakura ! Sinon fermé le lundi (ou le mardi si le lundi est férié). Fermé aussi du 29 décembre au 3 janvier. L’entrée coûte  200¥.

 

Temple Gotoku-ji

S’y rendre ?

Depuis shinjuku, prendre la ligne Odawara (compagnie Odakyu) jusqu’à la station Gotokuji (envion 15min). Le temple se trouve à environ 10 minutes à pied.

Horaire et tarif ?

Ouvert de 9h à 17h. Gratuit.

 


Épingler sur Pinterest



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.