Balade au Parc Ueno [Partie 02]

Notre balade au Parc Ueno se poursuit (Partie 1 de notre balade) avec la découverte de deux petits sanctuaires adorables dont je ne connaissais absolument pas l’existence : les sanctuaires Hanazono inari-jinja et Gôjôten-jinja. Ils sont très proches l’un de l’autre (je pense que le Hanazono Inari-jinja fait d’ailleurs parti du Gôjôten-jinja). Le Hanazono-inari-jinja est dédié à Inari d’où l’allée de torii et les statues d’Inari (comme au Fushimi-Inari-taisha) et on accède d’ailleurs à ces deux sanctuaires en descendant un escalier à travers l’allée de torii (photo ci-dessus), ce qui ne manque pas de charme.

L’enceinte des deux sanctuaires est vraiment très jolie, surtout avec toute cette verdure environnante… j’ai vraiment beaucoup aimé la balade. En plus, c’est au Gôjôten-jinja que j’ai acheté mon premier Goshuin-chô : carnet de calligraphies (Photo ci-dessous) et je le trouve magnifique. (Plus d’infos sur les sanctuaires

Maintenant que j’ai mon beau Goshuin-chô (toute contente), c’est parti pour le sanctuaire Ueno Tôshô-gû. Mais avant d’arriver à destination, on a croisé quelques jolies choses sur notre route, comme par exemple une cloche… On peut facilement passer à côté sans la voir, mais cette cloche est un peu spéciale (Photo ci-dessous). Cette cloche date en fait de l’époque d’Edo, et servait à informer la population de l’heure qu’il était… Plusieurs cloches comme celle-là étaient disposées à différents endroits de la ville. Ces cloches sonnaient tous les jours à 6h, 12h et 18h. La cloche du parc Ueno fut installée en 1666 (celle-ci est “plus récente” puisqu’elle date de 1787).

Sur le chemin, on a également croisé la route d’un… totem (Photo ci-dessous). Le totem qui représente différents animaux du zoo de Ueno qui est juste à côté, appartient aux membres du Tokyo Ueno Lions Clubs (Lions Clubs : Club service international de bénévoles), on peut d’ailleurs voir leur logo tout en haut accompagné du lion. Ce totem, qui mesure 7 mètres n’a pas une histoire très importante mais ça surprend de voir ça en plein parc Ueno… ce parc est définitivement plein de surprise. 

Mais l’endroit qui m’a le plus surpris, c’est le Daibutsu Yama “montagne du Grand Bouddha” (Photo ci-dessous). Sur une petite colline se trouve une petite pagode et un visage de bouddha (en bronze) encadré. Ce visage est ce qu’il reste de l’ancien bouddha assis qui trônait, sur la même colline, à l’époque d’Edo. Pour être plus précise, il y a eu deux Bouddha à cet emplacement, le premier fut construit en 1631 et mesurait 2,8 mètres, il fut malheureusement détruit en 1647 par un tremblement de terre. 

Un second fut reconstruit, encore plus grand : 3,6 mètres de hauteur, mais lors du tremblement de terre du Kantô de 1923, le visage tomba. Le reste du corps fut fondu lors de la seconde guerre mondiale afin de récupérer le métal pour l’armement. En 1967  un mur fut construit sur la colline afin d’y mettre la tête du Bouddha qui restait du second Bouddha.

Nous voici enfin devant le Ueno Tôshôgû qui fut construit en 1627 à la mémoire de Tokugawa Ieyasu (1542-1616) 3e et dernier unificateur du Japon et fondateur du shogunat des Tokugawa qui perdurera jusqu’à la restauration de Meiji (1868). Par la suite, le sanctuaire sera aussi dédié à Yoshimune et Yoshinobu (Tous deux des shôgun Tokugawa). Le sanctuaire fut construit à l’endroit où se trouvait la résidence de Ieyasu. Le sanctuaire fut reconstruit en 1651 par Tokugawa Iemitsu, petit fils d’Ieyasu. Le sanctuaire est de style Gongen (Gongen-zukuri 権現造), comme le Tôshôgu de Nikkô et le Nezu-jinja de Tokyo.

Chose assez rare pour être souligné, la structure du sanctuaire est la même depuis l’époque et a donc réussi à résister aux tremblements de terre et à la guerre, c’est d’ailleurs pour cette raison que ce sanctuaire est aussi réputé : pour son côté vestige de l’époque d’Edo

Pour voir le bâtiment principal du sanctuaire, de couleur noir et or, qui se cache derrière la jolie porte dorée, il faut payer 500¥ (Ouvert de 9h à 16h30 d’octobre à février et de 9h à 17h30 de mars à septembre). On s’est contenté de se balader dans l’enceinte du sanctuaire, qui est très fournie, et qui possède des éléments vraiment très intéressants. D’ailleurs beaucoup de ces éléments ont été déclarés “Biens culturels importants” (échelon en dessous des trésors nationaux).

Tout d’abord, la porte d’entrée qui mène à l’enceinte du sanctuaire est vraiment très jolie. Elle est toute en bois et laisse entrevoir une longue allée bordée de lanternes. Comme vous pouvez le voir sur la 3e photo ci-dessous, l’intérieur de la porte est très jolie avec toute ces décorations. Une fois la porte passée, il ne vous reste plus qu’à marcher sur la longue et magnifique allée bordée de lanternes (2e photo ci-dessous), c’est vraiment très mystique. Sur le côté, vous apercevrez l’ancienne pagode du temple Kanei-ji qui se trouve dans le zoo de Ueno (j’en ai parlé dans la première partie de la balade).

Une fois dans l’enceinte du sanctuaire, vous remarquerez la grande porte dorée, appelée Karamon, (photo ci-dessous) qui garde le bâtiment principal du sanctuaire. Cette porte fut construite dans un style chinois en 1651, de chaque côté de la porte on peut voir un dragon, (le dragon ascendant et le dragon descendant) car selon la légende chaque soir deux dragons se rendent à l’étang de Shinobazu afin d’y boire son eau.

Face à cette magnifique porte, on peut également noter la présence de 48 lanternes en bronze, magnifiques et très bien alignées (Photo ci-dessous) ainsi que la présence d’un joli mur coloré “Sukibei”, dans le prolongement de la porte dorée, qui entoure le bâtiment principal du sanctuaire. Il y a également un jardin payant (700¥ ou 1100¥ en combinant avec l’entrée au sanctuaire), ouvert seulement du 1er janvier au 25 février (De 9h30 à 16h30) connu pour ses pivoines blanches.

Dans l’enceinte du Tôshô-gû, on trouve également la “Flamme d’Hiroshima et Nagasaki”. On l’appelle comme cela car elle combine une flamme provenant des incendies provoqués par la bombe atomique d’Hiroshima, conservée par Tatsuo Yamamoto, avec une flamme provenant du frottement de tuiles cassées des toits de Nagasaki suite au choc de la seconde bombe atomique. Tatsuo Yamamoto avait ramené cette flamme d’Hiroshima où il avait été cherché son oncle à la suite du bombardement, son magasin était malheureusement en feu… il décida d’allumer une sorte de flambeau avec le feu et de le ramener chez lui en souvenir de son oncle. Quelques années plus tard l’histoire fut découverte, son village (Hoshino-mura) décida alors d’en faire un symbole de paix et construisit un endroit spécial pour la conserver en 1968. 

Cette flamme fut fusionnée en 1988 afin d’être présentée à l’Assemblée générale de l’ONU lors d’une session sur le désarmement à New York. Puis, elle fut entreposée dans l’enceinte du Ueno Tôshô-gû où elle est censée brûler pour l’éternité en hommage aux victimes des deux bombes atomiques. Je vous avoue que sur la photo la flamme a l’air éteinte… mais ça m’étonnerait quand même.

Cette balade au parc Ueno s’achève pour nous avec la visite du sanctuaire Ueno Tôshô-gû. Mine de rien, on a passé une journée plutôt fatigante (mais tellement parfaite) du coup on décide de rentrer (Bon avant, une petite glace quand même, voir photo ci-dessous).

Comme vous avez pu le constater avec ces deux articles, on a fait pas mal de choses pendant cette journée au Parc Ueno, et pourtant il nous en reste encore pas mal à faire et à voir. J’ai hâte d’y retourner, si possible au printemps, afin de visiter encore plus de choses et de vous partager tout ça grâce à une partie 03.


Épingler sur Pinterest


Balade Ueno 02 pinterest

 

Si tu as aimé, n'hésite pas à partager 🙂


2 thoughts on “Balade au Parc Ueno [Partie 02]”

  • Très sympa cet article, notamment la partie sur les alignements de lanternes que je ne connaissais pas du tout. pour moi, le parc Ueno se limitait à des pédalos en forme de cygnes, à des sakuras et à beaucoup trop de monde pour les admirer ^^ ! Mais je dois dire que ton article m’a fait changer de regard sur le parc et m’a redonné envie de m’y balader à une période sans les sakuras pour mieux profiter des lieux.

    • Si tu l’as visité pendant les Sakura, je comprends parfaitement que tu ais une autre vision du parc… ça doit être un enfer pendant les Sakura (même si j’aimerais bien y retourner pendant cette période). Oui, je te conseille vraiment d’y retourner en dehors des Sakura, la balade est vraiment très agréable 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


error: