[Mythologie japonaise] Présentation d’Uzume, le kami de la gaieté

Le kami de la gaieté Uzume, par Totoya Hokkei (Wikipedia)

 

Si vous avez lu les précédents articles sur la mythologie japonaise publiés sur le blog, le nom d’Uzume (ou Ame no Uzume no Mikoto 天宇受売命) vous dit probablement quelque chose. Uzume est un kami mentionné dans deux épisodes très importants de la mythologie japonaise : celui de la grotte céleste et celui de la descente sur terre de Ninigi, le petit-fils d’Amaterasu et ancêtre de la famille impériale.

Uzume est la divinité de la gaieté et de la bonne humeur. Elle est souvent représentée avec un visage joufflu et deux petites tâches noires sur le front (estampe ci-dessus). Uzume est un kami très intéressant, car elle est aussi associée aux arts et au monde du divertissement comme nous allons le voir.

Uzume qui danse devant la grotte céleste, par Taiso Yoshitoshi (Wikipedia)

 

La participation d’Uzume au mythe de la grotte céleste

La première apparition d’Uzume a lieu pendant le mythe de la grotte céleste, le mythe le plus connu de la mythologie japonaise. Amaterasu, le kami du soleil, excédée par le comportement de son frère part se cacher dans une grotte à Takachiho (Préfecture de Miyazaki), ce qui a pour conséquence de plonger le monde dans l’obscurité. Les autres kami vont tout faire pour la faire sortir et Uzume jouera un rôle important en dansant pour divertir les kami (plus d’infos sur le mythe de la grotte céleste). Cette danse va également être à l’origine de la danse kagura pratiquée lors de cérémonies, de la création de l’instrument de musique appelé taiko et Uzume deviendra même un personnage du théâtre japonais, ce qui explique pourquoi elle est aussi considérée comme protectrice des arts et du divertissement.

 

La danse kagura 神楽

La danse kagura est une danse rituelle effectuée dans les sanctuaires shintô lors de certaines cérémonies. Elle se déroule dans une bâtisse appelée kagura-den, comme celle que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous. La danse kagura, qui a toujours lieu de nos jours, aurait pour origine la fameuse danse réalisée par Uzume pour faire sortir Amaterasu de sa grotte.

Contrairement aux danses kagura que l’on peut voir dans un sanctuaire, la danse d’Uzume est décrite dans le Kojiki et Nihonshoki comme étant très érotique, ce qui aurait fait beaucoup rire les autres kami présents et donner envie à Amaterasu de sortir de sa grotte. Si de nos jours les danses rituelles kagura sont effectuées par les Miko, des jeunes filles qui assistent les prêtres shintô, à l’époque de la rédaction du Kojiki et Nihonshoki (VIIIe siècle) ce sont les descendantes d’Uzume qui étaient chargées d’accomplir les danses rituelles à la cour impériale, comme nous le verrons un peu plus bas dans cet article.

Au kagura-den du sanctuaire Takachiho-jinja, on peut assister au Takachiho Yokagura (yokagura 夜神楽 = kagura de nuit), une danse qui raconte le mythe de la grotte céleste. La version entière contient trente-trois actes, mais elle n’est jouée que de Novembre à Février (le samedi). Par contre les quatre actes principaux, dont la danse d’Uzume fait partie, sont présentés tous les soirs à 20h (jusqu’à 21h). Autant vous dire que c’est un spectacle auquel j’adorerais assister…

sanctuaire yasaka-jinja

Kagura-den du sanctuaire Yasaka-jinja, Kyôto / Performance de taiko lors d’un matsuri à Matsumoto

 

Les tambours taiko 太鼓

C’est également lors de cette danse que serait né un instrument de musique japonais que j’adore, le taiko (photo ci-dessus). Le taiko est un tambour japonais utilisé la plupart du temps lors de cérémonies religieuses ou de matsuri (festival). La pratique du taiko demande beaucoup d’entraînement et de force physique.

Si la danse d’Uzume est associée au taiko, c’est parce qu’elle s’est servie d’un baril de saké qu’elle aurait vidé puis retourné afin de pouvoir danser dessus. Ses pas de danse sur le tonneau vide auraient produit le son si particulier du taiko.

 

Le théâtre kyôgen 狂言

Le kyôgen est un genre comique et satirique du théâtre japonais. Bien qu’Uzume ne soit pas forcément à l’origine de ce genre théâtral, on la retrouve sous les traits d’Okame, un personnage important. Les acteurs utilisent des masques afin de jouer leur rôle et celui d’Okame est assez reconnaissable comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous (masque à droite), avec son visage joufflu. Okame est souvent associée à un personnage masculin appelé Hyottoko 火男, que l’on voit également sur la photo ci-dessous (masque à gauche).

On retrouve également Okame, et donc Uzume, lors d’une fête japonaise très populaire : setsubun 節分. La tradition la plus populaire de cette fête, qui a lieu tous les ans le 3 février (parfois un jour avant ou après), est le lancer de graines de haricot mame-maki 豆まき. Cette tradition consiste à jeter des graines de haricot par la fenêtre afin d’éloigner les démons. Souvent le démon est représenté sous les traits d’un Oni 鬼 (démon du folklore japonais) et la personne qui jette les graines sous ceux d’Okame.

Masques d’Okame et Hyottoko sur la devanture d’un commerce de la Nakamise-dôri (Tokyo)

 

La rencontre entre Uzume et Sarutahiko

Lors du mythe de la descente sur terre de Ninigi, Uzume joue à nouveau un rôle important. Alors que Ninigi, le petit-fils d’Amaterasu, et sa suite s’apprêtent à descendre par le pont céleste, ils remarquent un homme imposant qui attend de l’autre côté du pont. Il s’agit du chef des kami terrestres, Sarutahiko. Ils décident alors d’envoyer Uzume lui parler pour voir s’il est hostile ou non. Selon le Nihonshoki, Uzume se serait approchée de Sarutahiko en dénudant sa poitrine pour l’amadouer… Sarutahiko lui répond qu’il est venu rencontrer le descendant d’Amaterasu et qu’il va même les accompagner.

Sarutahiko est souvent représenté avec un long nez rouge comme les Tengu 天狗 (créatures légendaires célestes). À cause de la forme phallique de son long nez, on trouve souvent son image lors de matsuri (festivals) associés à la fertilité, comme le Hônen Matsuri de Komaki (photo ci-dessous). Aussi, comme il a aidé Ninigi et les autres kami à atteindre leur destination en toute sécurité, il est associé à la protection et à la sécurité routière.

Dans le Nihonshoki, on apprend que Sarutahiko se rend ensuite dans la province d’Ise, près de la rivière Isuzu (rivière qui passe par le sanctuaire Ise-jingû dédié à Amaterasu). Il demande à Uzume de l’accompagner et cette dernière accepte volontiers. Ninigi donne alors à Uzume un nouveau nom, celui de Sarume pour qu’elle porte le nom de son époux.

Sarutahiko va mourir noyé lors d’une session de pêche, car sa main va se bloquer dans une sorte de palourde géante qui va l’entraîner vers le fond. Uzume, qui ne retrouve plus son mari, décide de retourner aider Ninigi. Selon le Kojiki, elle va notamment demander aux poissons de prêter allégeance au descendant d’Amaterasu. Tous les poissons acceptent, sauf le concombre de mer qui ne peut pas parler, Uzume décide alors de lui créer une bouche à l’aide d’un couteau.

Hônen Matsuri

Sarutahiko au festival de la fertilité Hônen Matsuri à Komaki (Préfecture d’Aichi)

 

Uzume et Sarutahiko vont aussi être vénérés sous les traits d’autres divinités. Comme on l’a vu dans l’article consacré à Inari, ils sont tous les deux vénérés au sanctuaire Fushimi Inari-taisha en tant qu’Inari sous les noms de Ômiyanome (Uzume) et Sadahiko (Sarutahiko). Je vous conseille d’aller lire l’article que j’ai écrit sur Inari pour mieux comprendre pourquoi plusieurs kami sont assimilés à Inari.

Ils sont également considérés comme étant des dôsojin 道祖神. Les dôsojin sont des kami qui protègent les villages de calamités, comme les maladies, mais aussi les voyageurs sur les routes. Les dôsojin sont souvent représentés par le biais de stèles en pierre (photo ci-dessous) situées le long des routes. Différentes divinités peuvent être des dôsojin et parmi elles on trouve parfois un couple censé être Sarutahiko et Uzume. Parmi les autres dôsojin que l’on trouve le long des routes, on trouve aussi la divinité bouddhiste Jizô Bosatsu 地蔵菩薩, qui protège de nombreuses personnes dont les enfants.

Dôsojin au village d’Azumino, Préfecture de Nagano (Wikipedia)

 

Le clan Sarume (Sarume no kimi 猿女の君)

Comme nous l’avons vu, après avoir guidé Ninigi jusqu’à Takachiho Sarutahiko et Uzume sont partis pour la province d’Ise où ils se seraient mariés. On ne connaît pas vraiment les détails de leur mariage, mais leurs descendants ont formé le clan Sarume, du nom donné à Uzume par Ninigi.

La lignée du clan Sarume est mentionnée dans les textes mythologiques, en particulier dans le Kojiki car Hieda no Are, un des compilateurs, est lié au clan Sarume. Ce sont les femmes de ce clan qui sont particulièrement connues, puisqu’elles dansaient lors des cérémonies shintô officielles à la cour impériale. Les filles du clan Sarume pouvaient communiquer directement avec les kami grâce à leur danse, comme si elles entraient dans une sorte de transe et c’est pour cette raison que certains les associent au chamanisme.

Le rôle des danseuses du clan Sarume a par la suite disparu, pour être remplacé par les Miko 巫女. Ce sont des jeunes filles qui assistent les prêtres dans les sanctuaires shintô. Elles ne font pas partie d’un clan et officient dans tous les sanctuaires. Même si les Miko effectuent davantage de tâches au sein du sanctuaire, elles sont toujours chargées d’exécuter les danses rituelles kagura.

Sanctuaire Tsubaki Ôkami-yashiro (Wikipedia Yanajin33)

 

Lieux liés à Uzume et Sarutahiko

Uzume et Sarutahiko sont vénérés dans plusieurs sanctuaires, souvent ensemble. Le principal sanctuaire dédié au couple est le sanctuaire Tsubaki Ōkami-yashiro, même s’il est principalement dédié à Sarutahiko.

 

Tsubaki Ôkami-yashiro 椿大神社 (Préfecture de Mie)

Le sanctuaire Tsubaki Ôkami-yashiro est le sanctuaire principal dédié à Sarutahiko. Il est situé au pied des Monts Suzuka où Sarutahiko avait l’habitude de venir se promener. Sarutahiko y est vénéré en tant que kami de la sécurité routière (comme au Fushimi Inari-taisha) et Uzume y est aussi vénérée en tant que protectrice des arts.

 

Sanctuaire Meta-jinja 賣太神社 (Préfecture de Nara)

Ce sanctuaire n’est pas principalement dédié à Uzume ou Sarutahiko, mais à un descendant connu lié au clan Sarume : Hieda no Are. Il fait partie des compilateurs du Kojiki, le premier ouvrage retraçant la mythologie japonaise (VIIIe siècle) et fait partie du clan Hieda affilié au clan Sarume. Le sanctuaire Meta-jinja est principalement dédié à Hieda no Are qui est vénéré en tant que kami de l’érudition et des contes, mais Uzume et Sarutahiko y sont aussi vénérés.

 

Sanctuaire Amano Iwato-jinja 天岩戸神社 (Préfecture de Miyazaki)

C’est au sanctuaire Amano Iwato-jinja que l’on peut trouver la célèbre grotte céleste utilisée par Amaterasu pour se cacher de son frère. Même si l’endroit est dédié principalement à Amaterasu, on trouve dans l’enceinte du sanctuaire Amano Yasukawara, l’endroit où se sont réunis les kami, dont Uzume, lors de leur discussion pour savoir comment faire sortir Amaterasu.

————

Voilà pour cette présentation du kami Uzume que j’aime beaucoup.

On se retrouve très vite pour un nouvel article sur un nouveau kami…

 
S’inscrire à la newsletter :


 


Épingler sur Pinterest



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.