[Kôbe] Histoire de Kôbe : le grand tremblement de terre de 1995

Comme je l’ai expliqué dans le premier article consacré à l’histoire de Kôbe (histoire de Kobe : les concessions), Kôbe est une ville importante pour moi. Non seulement j’y ai étudié pendant un an (à l’Université de Kôbe), mais en plus mon sujet de mémoire de Master 2 portait sur l’ouverture des ports de Yokohama et de Kôbe.

Pendant mon année d’échange, même si je vivais à Ôsaka j’ai eu l’occasion de visiter Kôbe plusieurs fois. Au cours de mes visites, je me suis rendu compte qu’on trouvait plusieurs traces du passé de la ville à différents endroits. Ces traces sont liées à deux événements majeurs qui ont eu lieu à Kôbe :   l’ouverture des ports au commerce avec les étrangers au milieu du 19e siècle et le terrible tremblement de terre de 1995 (qui frappa Kôbe et sa région).

Pour ce second article, je vous propose de voir les traces laissées par le tremblement de terre de 1995.


Le grand tremblement de terre de Kôbe


Voici quelques informations sur le grand tremblement de terre de Kôbe (Hanshin-Awaji Daishinsai 阪神・淡路大震災) :

-Il s’est produit le 17 janvier 1995, à 5h46 du matin.

-Il était de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter et 7 sur l’échelle de Shindo (気象庁震度階級 kishôchô shindo kaikyû, échelle d’intensité sismique du Japon qui mesure la force, 7 est le plus fort).

-L’épicentre s’est produit tout près de l’île Awaji. D’ailleurs le vrai nom du tremblement de terre est Hanshin-Awaji Daishinsai, ce qui signifie littéralement le “Grand tremblement de terre d’Hanshin-Awaji”, car la région de Kôbe-Ôsaka est surnommée Hanshin et Awaji désigne l’île Awaji située en face de Kôbe. 

-Le tremblement de terre aura causé officiellement la mort de 6437 personnes (dont plus de 5000 rien qu’à Kôbe) et blessé 43 792 autres. Il n’y a pas eu que le tremblement de terre, dont la durée était de 20 secondes, qui a fait des victimes : beaucoup de gens sont morts à cause des répliques (de nombreuses personnes ont été surprises par des répliques en retournant chez eux pour sauver leur famille…), des incendies et parce que les secours ont tardé

J’aimerais beaucoup insister sur le fait que ce tremblement de terre a vraiment surpris tout le monde. La région de Kôbe n’était absolument pas préparée à l’éventualité d’un tremblement de terre aussi violent, il y en a vraiment peu et certaines failles n’étaient pas connues des spécialistes. C’est une des raisons qui expliquent la violence de ce tremblement de terre.

Les anciennes maisons de Kôbe étaient d’ailleurs construites pour résister aux typhons, pas aux tremblements de terre. Comme les toits de ces maisons étaient vraiment très lourds, peu de gens ont réussi à s’en extraire. Les chiffres montrent que 80 à 90 % des victimes vivaient dans ces maisons.

De plus, le tremblement de terre s’est produit à 5h46 et même si cela a permis d’éviter de nombreux morts supplémentaires, car les gens se seraient retrouvés dans les trains ou dans leurs voitures (des rails et un axe autoroutier se sont effondrés), cela veut aussi dire que beaucoup de gens ont été surpris dans leur sommeil… 

Aussi, il est important de noter que l’organisation des secours a été catastrophique. Non seulement ils n’étaient pas préparés à ce qu’un tremblement de terre se produise à Kôbe, mais en plus les secours ont été autorisés trop tardivement et les routes étaient bloquées, empêchant les secours venant d’Ôsaka d’entrer dans la ville… Les différentes autorités locales et nationales ont vraiment mis beaucoup de temps à prendre des décisions (pas de liaisons téléphoniques et peur de prendre une décision sans avoir d’autorisation…). Une fois sur place, les secours ont eu du mal à maîtriser les nombreux incendies qui se sont déclenchés dans la ville, car il n’y avait plus d’eau… 

Beaucoup de gens ont vraiment été obligés de survivre pendant plusieurs jours sans aucune aide. Il paraît même que le clan de yakuza Yamaguchi-gumi (le clan le plus important), qui vit à Kôbe, a fait du meilleur boulot que le gouvernement en fournissant en grande quantité de la nourriture et de l’eau aux survivants…

Quand on se rend compte de tout ce que les survivants ont dû subir avec ce tremblement de terre, on comprend pourquoi Kôbe n’oublie pas


Kobe Luminarie – 神戸ルミナリエ


Kôbe Luminarie
L’événement le plus connu en rapport avec le tremblement de terre de Kôbe est sans aucun doute le  Kôbe Luminarie 神戸ルミナリエ. Il s’agit d’un festival de lumière qui a lieu chaque année à Kôbe, au début du mois de décembre.

Même si ces illuminations ont lieu en décembre elles ne sont pas pour les fêtes de Noël, mais pour commémorer le grand tremblement de terre de Kôbe. C’est à Valerio Festi (un artiste italien) et Hirokazu Imaoka (japonais originaire de Kôbe) que nous devons ces illuminations dont le thème change tous les ans.

Les premières illuminations ont eu lieu en 1995, dans le but de répandre la lumière sur la ville qui avait été plongée dans l’obscurité pendant longtemps à cause du tremblement de terre. Les lumières de ce premier festival furent données par le gouvernement italien et comme ce fut un véritable succès, ce festival qui ne devait durer qu’une année, continue toujours d’émerveiller les visiteurs chaque année.

On a eu la chance d’y aller en 2014 et c’était vraiment magique, c’est un magnifique moyen de commémorer le tremblement de terre, tout en amenant de la joie aux habitants et visiteurs.

Kôbe Luminarie


Monument du mémorial et de la reconstruction – 慰霊と復興のモニュメント


Derrière ce nom un peu étrange, se trouve un monument bouleversant. Il est situé au parc Higashi Yûenchi de Kôbe et si vous ne faites pas attention vous pouvez passer facilement à côté.

Le monument vu de l’extérieur a une apparence ordinaire (voir photo ci-dessus), mais il prend tout son sens une fois que l’on se trouve à l’intérieur, qui est situé sous terre. On y accède grâce à un petit escalier et une fois à l’intérieur on se retrouve nez à nez avec le nom de toutes les victimes du tremblement de terre de Kôbe inscrit sur des plaques… C’est incroyablement puissant de se retrouver sous terre, entouré de tous ces noms, avec pour seul son l’eau qui tombe sur le toit du mémorial.

En plus des noms, on trouve ici et là des guirlandes composées de 1000 grues en origami (senbazuru 千羽鶴). La tradition de mettre ces guirlandes dans des lieux de mémoire vient d’une vieille légende, mais est surtout associée à Sadako Sasaki, victime du bombardement de Hiroshima.

Sadako Sasaki avait 2 ans au moment du bombardement, elle y a survécu mais à cause des radiations elle mourra d’une leucémie en 1955 à l’âge de 12 ans. Pendant sa maladie, une amie lui avait parlé de la légende des 1000 grues, selon laquelle la personne qui réussirait à plier 1000 grues en origami verrait un de ses vœux s’exaucer… Elle essaya de faire ces 1000 origami mais n’eut malheureusement pas le temps de finir (elle en était à 644)…

Ses camarades de classe après sa mort décidèrent de finir les 1000 grues et de récolter de l’argent pour construire une statue en son honneur (et pour les enfants victimes de la bombe aussi), au parc de la paix d’Hiroshima. Depuis, des centaines de guirlandes sont envoyées chaque année par des enfants de tout le Japon.


1.17 la flamme de l’espoir – 1.17希望の灯り


Devant le monument aux victimes du tremblement de terre, on trouve une flamme appelée la “Flamme de l’espoir” (1.17 希望の灯り kibô no akari, 1.17 pour 17 janvier). Cette flamme a été allumée le 17 janvier 2000 et combine des braises venant des quartiers touchés par le tremblement de terre avec celles envoyées par les 47 préfectures du Japon. Un service en la mémoire des victimes a lieu devant cette flamme tous les 17 janvier.

J’aimerais maintenant vous parler d’un dernier monument que l’on trouve au parc Higashi Yûenchi : la sculpture intitulée Marina (photo ci-dessous). La femme de cette sculpture, qui date de 1976, tient une horloge qui a pour particularité d’être arrêtée à 5h46… l’heure à laquelle le tremblement de terre a frappé Kôbe. Au moment du tremblement la sculpture est tombée et l’horloge s’est arrêtée, il a été décidé de ne pas réparer l’horloge qui indique donc toujours l’heure du tremblement de terre.


Parc mémorial du tremblement de terre du port de Kôbe – 神戸港震災メモリアルパーク


Situé à l’est de Meriken Park (parc situé sur le port de Kôbe), ce parc mémorial est plutôt discret. Pourtant, ce serait dommage de passer à côté puisqu’il permet de constater directement les dégâts qu’a subi la ville.

Le port de Kôbe a été très touché par le tremblement de terre, les autorités ont donc décidé de laisser une petite zone dans l’état où elle était après le tremblement de terre. Je trouve que c’est une bonne idée, en voyant ne serait-ce que cette petite zone de dégâts, on ressent vraiment la puissance de ce tremblement de terre.

Juste à côté de cette zone, se trouve un monument à ciel ouvert (photo ci-dessous) avec des informations et des films (anglais et japonais) sur le tremblement de terre et sur la reconstruction de la ville. Comme cet endroit est situé dans Meriken Park, il ouvre en même temps que lui : de 9 h à 21 h. Le parc est situé à 10 min à pied de la station Minato Motomachi, mais vous pouvez faire la balade depuis la gare de Sannomiya, en passant par le parc Higashi Yûenchi, jusqu’au port, c’est vraiment pas long (vous pouvez même pousser la balade jusqu’à la tour du port…).

Avant de conclure cet article, j’aimerais vous parler d’un musée que je n’ai pas fait malheureusement, le Musée mémorial du tremblement de terre (infos plus bas). Il a ouvert ses portes en 2002 et contient de nombreux documentaires, reconstitutions et des informations sur la prévention aussi… Si l’histoire du tremblement de terre de Kôbe vous intéresse, c’est peut être l’occasion d’y faire un tour.

Voilà pour cette seconde partie sur l’histoire de Kôbe, j’espère que ça vous aura plu…


Mémo


-Musée mémorial du tremblement de terre

Situé au HAT Kobe, à 10 minutes à pied de la station Iwaya (140¥ depuis Sannomiya, environ 5 min).

Ouvert de 9h30 à 17h30 (18h de juillet à septembre et 19h les vendredi et samedi, les admissions se terminent 1h avant la fermeture).

Fermé les lundi ou jour suivant si férié, le 31 décembre et le 1er janvier/600¥.

Plan du parc Higashi Yûenchi :

Parc mémorial du tremblement de terre du port de Kôbe :

Ouvert de 9 h à 21 h. Le parc est situé à 10 min à pied de la station Minato Motomachi.

 


Épingler sur Pinterest


Vous aimerez aussi


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


error: