Visiter le Japon féodal grâce au jeu vidéo Ghost of Tsushima

 

Sorti le 17 juillet 2020, Ghost of Tsushima est un jeu vidéo réalisé par le studio américain Sucker Punch. L’histoire se déroule à l’époque féodale sur la petite île japonaise de Tsushima alors que les armées mongoles viennent envahir l’île.

Ça faisait très longtemps que je souhaitais publier un article sur ce jeu incroyable, je profite d’y avoir rejoué récemment sur PS5, lors de la sortie de la Director’s Cut, pour enfin le faire !

 

 

Ghost of Tsushima

Ghost of Tsushima est un jeu réalisé par l’excellent studio Sucker Punch connu pour avoir réalisé, entre autres, la série des Infamous et des Sly Cooper. Infamous 2 est l’un des premiers jeux auxquels j’ai joué sur PS3 et j’avais vraiment adoré. Le studio appartient à Sony, ce qui signifie que vous ne pouvez jouer à Ghost of Tsushima que sur les consoles de Sony (PS4 et PS5). En août 2021 le studio a sorti une Director’s Cut, incluant une toute nouvelle zone de jeu : l’île d’Iki. On y reviendra dans un prochain article.

Le jeu se déroule en 1274, pendant la période de Kamakura (1185–1333) lorsque l’armée mongole de Khotun Khan débarque sur l’île de Tsushima. On découvre notre personnage principal, Jin Sakai, alors qu’il accompagne son oncle Jitô Shimura, le daimyô (seigneur féodal) de l’île, à la rencontre des Mongoles qui viennent de débarquer. L’armée mongole ne va faire qu’une bouchée des soldats japonais et Jin est laissé pour mort à la fin de la bataille. Il va être soigné par une certaine Yuna, qui cherche à sauver son frère qui a été fait prisonnier, les deux vont alors s’entraider. Le but de Jin va être de retrouver à tout prix son oncle, prisonnier de Khotun Khan, quitte à trahir quelques valeurs du Bushido, le code de conduite des samouraïs, si chères à son oncle…

 

 

Bien que romancée, l’histoire du jeu est basée sur de vrais faits historiques. Il y a bien eu une tentative d’invasion du Japon par les armées mongoles. Il y en a même eu deux, une en 1274 et une en 1281. Les armées mongoles furent envoyées par Kubilai Khan, empereur de Chine et petit-fils de Gengis Khan. Dans le jeu c’est Khotun Khan, le cousin fictif de Kubilai que l’on rencontre.

Les tentatives d’invasion mongoles sont un événement très important dans l’histoire du Japon, car elles furent stoppées par le fameux Kamikaze, le “vent divin”. Un typhon a en effet frappé les navires mongoles, lors de leurs deux tentatives d’invasion, alors qu’ils avaient accosté sur les côtes de Kyûshû (baie d’Hakata). Ce que l’on sait moins en revanche c’est que s’ils n’ont pas réussi à atteindre l’île principale du Japon, ils ont tout de même mis les pieds sur l’île de Tsushima, ainsi que sur celle d’Iki. L’île de Tsushima est située au large de Nagasaki, à proximité de l’actuelle Busan en Corée du Sud. C’est l’invasion de cette petite île que le jeu nous propose, à sa manière, de vivre en compagnie de Jin Sakai.

Si vous comptez faire le jeu, ne vous en faites pas je ne spoilerai pas l’histoire de Jin et des autres personnages croisés au cours de l’aventure. Par contre je vais parler de certains aspects du jeu que j’ai particulièrement appréciés et montrer quelques environnements.

 

 

Comme vous pouvez le voir sur les photos que j’ai prises en jeu, grâce au mode photo, le jeu est graphiquement incroyable ! Le système d’exploration de l’île est vraiment bien pensé. Plutôt que de s’orienter grâce à une mini-map visible à l’écran, on suit simplement le vent qui nous mène à l’endroit où l’on doit se rendre. Ce système nous permet de bien profiter des paysages qui sont tellement magnifiques que je n’ai jamais utilisé le système de téléportation pour aller d’un point à un autre. C’est tellement agréable de se balader sur l’île à cheval.

L’histoire du jeu se déroule en automne ce qui nous permet d’admirer les magnifiques couleurs des kôyô (quand les feuilles des érables deviennent rouges). Le Japon en automne est vraiment magnifique, le fait de se promener et d’admirer les jolies couleurs rouge et orange des arbres porte un nom : momijigari, c’est une activité presque aussi importante que le hanami (admirer les sakura) au printemps. On trouve également sur l’île des zones remplies d’arbres Ginkgo, reconnaissables à leur magnifique feuilles dorées. Une des premières zones du jeu à laquelle on accède est un temple entouré de ginkgo et je peux vous dire qu’on se prend une bonne claque à ce moment tellement c’est magnifique.

 

 

En plus de la beauté des paysages, le jeu plaira aux passionnés de la culture et du folklore japonais. Il y a plusieurs quêtes secondaires qui mettent en avant la culture japonaise, par exemple il y a des quêtes où il faut trouver les sanctuaires du kami des céréales Inari. Comme ils sont un peu dissimulés il faut suivre les kitsune (renards), les messagers d’Inari, pour les trouver.

Il est également possible de trouver des sanctuaires un peu plus imposants, dédiés à différentes divinités japonaises comme Amaterasu, Susanoo ou encore Tsukuyomi. Pour rejoindre le haiden (bâtiment où l’on prie les kami) de ces sanctuaires, il faut réussir des phases d’escalade car ils sont souvent situés dans des lieux en hauteur.

 

 

Pour rajouter à l’immersion, il est possible de faire des pauses pour composer des haïku ou pour se prélasser dans un Onsen, une source chaude. Je ne l’ai pas fait, mais pour les amoureux des films de samouraï, il est possible de jouer au jeu avec le mode Kurosawa. Ce mode permet de jouer au jeu en noir et blanc, avec une ambiance sonore qui rappelle les films de Kurosawa. Il y a aussi des quêtes scénarisées où l’on doit affronter de grands guerriers et dont l’histoire est introduite par des cinématiques qui se dessinent progressivement à l’encre noire. Ces cinématiques sont vraiment très réussies et les combats contre ces guerriers sont très stylés, avec une mise en scène incroyable.

De manière générale les combats dans Ghost of Tsushima renforcent complètement l’immersion dans cet univers de samouraï. Pas question d’être un bourrin et de donner des coups de katana à tout va ! Il faut souvent être méthodique et parer au bon moment. L’introduction des combats est d’ailleurs aussi super bien faite, il est possible de provoquer les ennemis (Mongoles, mais aussi Japonais) et en appuyant sur la touche au bon moment Jin donne un coup de sabre qui tue instantanément l’ennemi, ou les ennemis puisqu’il est même possible de l’enchaîner trois fois en débloquant une compétence.

 

—-

Vous l’aurez compris ce jeu est une petite merveille. Que ce soit pour la beauté de ses paysages, l’ambiance samouraï ou pour son histoire passionnante, vous trouverez forcément une bonne raison de faire ce jeu. On se retrouve rapidement pour le DLC du jeu !

 


Épingler sur Pinterest



2 thoughts on “

Visiter le Japon féodal grâce au jeu vidéo Ghost of Tsushima

  • Super ton article, il m’a replongé dans mes longues heures de jeu ! Ghost of Tsushima est vraiment un super titre, et même s’il a un côté répétitif dans certaines actions, je ne me suis pas lassé comme c’est le cas au bout d’un moment avec Assassin’s creed. Et réussir à intégrer des phases de méditation zen dans un jeu grand public, fallait le faire !

    • Merci beaucoup 😊 Même si j’adore les Assassin’s Creed, je comprends parfaitement ce que tu veux dire ! Le côté “monde ouvert” (et donc plein de quêtes, partout…) est particulièrement bien fait dans Ghost. D’ailleurs il va y avoir un Assassin’s creed au Japon bientôt… Hâte de voir ce que ça va donner !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.