[Matsumoto] L’histoire touchante du Nomugi Tôge Matsuri


Lors de mon échange universitaire à l’Université Shinshû (Matsumoto), j’ai eu la chance de participer à un Matsuri (festival) très touchant, dont j’avais envie de vous raconter l’histoire : le Nomugi-tôge Matsuri 野麦峠まつり.

Le principe de ce Matsuri consiste à grimper, en file indienne, jusqu’au col de Nomugi-tôge 野麦峠 (峠 tôge signifiant col), situé à 1672 mètres d’altitude. On commence à grimper à partir d’une certaine hauteur et pas depuis le pied de la montagne, mais ça fait quand même une sacrée grimpette… Pendant la montée, on suit des jeunes filles habillées en tenue datant de l’ère Meiji (Photo ci-dessous) jusqu’au sommet et je vous explique tout de suite pourquoi.


Pourquoi ce Matsuri ?


L’ère Meiji (1868-1912) est marquée par une période de profonds changements afin de moderniser le pays et de rattraper le retard avec l’Occident… changements illustrés sous le slogan : Fukoku Kyôhei 富国強兵 “enrichir le pays, renforcer l’armée”. Dans cette optique de modernisation, l’industrie du textile et de la soie étaient très importantes… c’est pour cela que le travail de la soie dans les filatures, assuré par des jeunes filles (12-13 ans), s’intensifia au point où ces jeunes filles travaillaient d’arrache-pied plus de 14h par jour.

L’actuelle préfecture de Nagano, et plus précisément la ville de Suwa (connue pour son grand lac) accueillait beaucoup de filatures. Ainsi les jeunes filles des autres préfectures, notamment de la préfecture de Gifu, étaient obligées de venir travailler dans la Préfecture de Nagano. La Préfecture de Gifu est séparée de celle de Nagano par de hautes montagnes qu’il fallait traverser en passant par le col de Nomugi-tôge, tout de même situé à 1672 mètres. Ces jeunes filles de la préfecture de Gifu effectuaient donc un trajet très pénible, en file indienne, afin de rejoindre la préfecture de Nagano pour y travailler d’arrache-pied…


Comme les conditions de travail étaient vraiment extrêmes, beaucoup de ces jeunes filles ne tardèrent pas à tomber malade… Les conditions de vie très difficiles de ces jeunes filles ont été mis en lumière par un reportage puis un film datant de 1979 : Ah! Nomuge Tôge. Le film (que je n’ai pas vu) raconte l’histoire de Masai Mine 政井みね, une jeune fille de 20 ans travaillant dans ces filatures. Très malade, elle voulait revoir une dernière fois la préfecture de Gifu avant de mourir… pour réaliser son souhait un homme la porta sur son dos jusqu’au col de Nomugi-tôge… Il y a d’ailleurs une statue les représentant dès que l’on arrive sur les hauteurs du col (voir photo plus haut).

C’est en l’honneur de ces courageuses jeunes filles que tous les ans a lieu ce Matsuri où l’on suit un cortège de jeunes filles habillées en tenue de l’époque qui empruntent une partie du même chemin parcourues des années plus tôt jusqu’au col de Nomugi-tôge.


Même si la montée était vraiment très raide et qu’il faisait très chaud, c’était vraiment une superbe expérience et un privilège de pouvoir suivre la trace de ces jeunes filles si courageuses.

Une fois en haut on se retrouve directement dans l’ambiance des Matsuri puisqu’on est accueilli par une mascotte en forme de maïs… et par la mascotte de Matsumoto : Alp-chan… (je l’adore tellement, elle a les alpes japonaises sur la tête… Photo ci-dessus). Personnellement, c’est surtout l’accueil avec la vue sur les alpes japonaises qui m’a époustouflé. On était vraiment tout près du sommet enneigé, c’était magnifique… Il y avait également un concert de Taiko (tambours japonais) et c’était vraiment super impressionnant avec la montagne enneigée en fond… j’ai adoré (Je vous ai mis une petite vidéo en bas).

Une fois arrivé au sommet, on nous avait également fourni une petite collation (1ere photo ci-dessus) et c’était vraiment pas bon du tout… du coup je m’étais rabattue sur du Kakigôri : glace râpée avec du sirop (fraise ici, 2e photo ci-dessus), c’est super agréable quand il fait chaud ! Heureusement sur le chemin du  retour, on s’est arrêté manger des Soba (nouilles japonaises) dans un restaurant situé dans les montagnes, c’était vraiment très sympa et bien meilleur que le truc qu’on nous a donné à manger quelques heures avant…

Voilà pour ce Matsuri, c’était vraiment très fatiguant comme journée (levée à 5h30, bus, grimpette…) mais qu’est-ce que c’était bien et tellement enrichissant… c’est vraiment une expérience inoubliable.



Vidéos de Taiko (tambours japonais) :


Épingler sur Pinterest


Vous aimerez aussi


4 thoughts on “

[Matsumoto] L’histoire touchante du Nomugi Tôge Matsuri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.