[Hauts-de-France] Les lieux culturels à visiter dans les Hauts-de-France

 

Il n’y a pas qu’à Paris que l’on peut profiter de superbes lieux culturels, puisque les Hauts-de-France regorgent aussi d’endroits intéressants :

 

Villa Cavrois – La Piscine – LaM

 

La Villa Cavrois

Ça faisait très longtemps qu’on voulait visiter la jolie Villa Cavrois, on a profité de la visite de ma sœur pour enfin franchir le pas et autant vous dire qu’on a passé un super moment.

Cette villa, située à Croix, fut réalisée par l’architecte Robert Mallet-Stevens à la demande de Paul Cavrois, un industriel de la région. Sa construction a commencé en 1929 et s’est terminée en 1932. La surface habitable de la villa est de 1840m² et devait permettre d’abriter le couple et ses 7 enfants, ainsi que le personnel de la maison (vu la surface, vaut mieux de l’aide en effet…).

Dès l’arrivée, on est frappés par la jolie façade de la villa, réalisée en briques de parement jaunes (fixées, entre autres, sur une ossature en béton), extrêmement moderne. Si l’extérieur est vraiment magnifique, surtout la façade sud (on en reparle un peu plus bas dans l’article), l’intérieur de la villa est loin d’être en reste.

J’aime beaucoup la disposition des pièces de la villa, qui sont sublimées par le mobilier tellement moderne et varié, dessiné par Mallet-Stevens. C’est vraiment fou de se dire que cette villa date des années 30… Tout est si moderne !

L’histoire de la Villa Cavrois est plutôt mouvementée, d’ailleurs on peut la visiter seulement depuis le 13 juin 2015. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Cavrois partent se réfugier en Normandie et la villa, occupée par des troupes allemandes, sera endommagée.

À leur retour, un autre architecte (Pierre Barbe) s’occupe d’ajouter deux appartements autonomes à la villa. Puis, après le décès de madame Cavrois, le mobilier est vendu en 1987 aux enchères… Laissée à l’abandon, l’État achète finalement la villa en 2001 et grâce aux rénovations du CMN (Centre des Monuments Nationaux), elle ouvre ses portes en 2015.

La plupart du mobilier de la villa vendu aux enchères a pu être retrouvé et installé à nouveau dans la villa. Le mobilier est restitué à l’origine (grâce à des photos d’époque) et ça fonctionne vraiment bien ! Toutes les pièces de la villa sont incroyablement photogéniques (au point où on se retrouve à prendre en photo les toilettes…).

J’ai eu un énorme coup de cœur pour la salle à manger des enfants (photo ci-dessus), elle est vraiment superbe ! J’ai aussi beaucoup aimé la chambre des parents ou encore le boudoir avec ses jolies chaises vertes. En plus du mobilier habituel de la villa, en ce moment il y a l’exposition Design (jusqu’au 1er novembre 2020), de Fien Muller et Hannes Van Severen, du coup il y a plein de meubles colorés (comme la table jaune sur la 2e photo ci-dessus) disposés à divers endroits de la villa. Bien que les meubles de l’expo soient extrêmement modernes, ils se fondent parfaitement dans le décor de la villa.

Un autre endroit que j’ai adoré, c’est la terrasse-pergola (photos ci-dessous). Là aussi l’agencement est parfait, en plus il faisait super beau, c’était vraiment agréable d’y prendre l’air, même avec un masque !

La visite de la villa nous fait ensuite passer par le sous-sol où sont entreposés de nombreux matériaux en lien avec la villa. Puis on finit en beauté avec le parc !

Il est lui aussi l’œuvre de Mallet-Stevens et le clou du spectacle se trouve près du miroir d’eau, situé pile en face de la façade sud de la villa. Le miroir d’eau est assez fin, mais il est très long (72 mètres), du coup on peut admirer le magnifique reflet de la villa (photo ci-dessous).

Je suis vraiment contente d’avoir enfin pu me rendre à la Villa Cavrois, elle est encore plus jolie que je le pensais. En plus, il faisait vraiment très beau, c’était une visite très agréable. Je vous recommande à 100% ce lieu si vous passez dans les Hauts-de-France !


Musée La Piscine

Avec la Villa Cavrois, le Musée La Piscine est un des endroits que je voulais absolument voir dans ma région. On a d’ailleurs profité de notre visite à la Villa Cavrois pour s’y rendre et on a passé un super moment, ce musée est vraiment incroyable.

Comme vous pouvez le voir sur les photos, ce qui fait la particularité du Musée La Piscine, c’est avant tout son cadre impressionnant et unique. Dès l’entrée, on est hypnotisés par cette magnifique pièce d’eau avec ses superbes vitraux qui se reflètent sur l’eau… c’est assez magique !

Comme vous l’aurez compris, grâce au nom du musée et aux photos, ce musée est situé dans une ancienne piscine. L’histoire du musée en lui-même remonte à 1835, lorsque les manufactures de la région (Roubaix a un passé fortement lié à l’industrie textile) ont décidé de conserver des échantillons de produits textiles. Petit à petit d’autres objets liés à la ville vont être réunis et conservés, puis après plusieurs péripéties le musée va enfin trouver son emplacement définitif en octobre 2001, dans ce magnifique cadre.

Cette ancienne piscine fut construite de 1927 à 1932 par Albert Baert, un architecte de Lille. Elle servait également de bains-douches, c’est-à-dire qu’on pouvait venir pour se laver. Avec le temps, la piscine s’est dégradée et fut fermée pour des raisons de sécurité en 1985, avant de renaître en musée en 2001. On ne saurait rêver d’un meilleur cadre pour un musée, quel charme ! Presque tous les éléments de l’ancienne piscine ont été gardés, comme le bassin, les cabines, mais aussi les magnifiques vitraux qui laissent passer une lumière si particulière.

Si le cadre du musée est exceptionnel, la collection d’objets qu’il abrite n’est clairement pas en reste. Les différentes œuvres du musée se trouvent dans des salles situées de part et d’autre de cette fameuse allée centrale avec le bassin d’eau.

Les œuvres sont assez variées, il y en a vraiment pour tous les goûts. On trouve de nombreuses et magnifiques sculptures, des peintures de différents artistes et différents styles, ainsi que des céramiques ou encore des pièces textiles. J’ai vraiment adoré les sculptures situées le long du bassin, pouvoir se balader parmi elles avec la lumière des vitraux et le son de l’eau c’est vraiment très agréable. Les peintures sont aussi très jolies, j’ai craqué pour ce petit tableau de chats (photo ci-dessous). De chaque côté du bassin, on trouve de nombreux objets exposés (céramiques, textiles…) dans des pièces très étroites, qui sont en fait les anciennes cabines de la piscine.

Lors de notre visite au musée, on a pu découvrir une superbe exposition sur un peintre de la région, que je ne connaissais pas du tout : Marcel Gromaire (exposition jusqu’au 20 septembre 2020). Ce fut une magnifique découverte pour moi, j’ai adoré chaque tableau de cet artiste (photos ci-dessous) !

Marcel Gromaire, né dans le Nord à Noyelle-sur-Sambre (près de Maroilles) le 24 juillet 1892 et décédé à Paris le 11 avril 1971, est à la fois peintre, dessinateur ou encore graveur. Son style peut se définir comme une sorte de mélange entre le cubisme et l’impressionnisme flamand. En plus de ces magnifiques peintures que l’on peut découvrir dans le cadre de l’exposition, le musée a aussi acquis de nombreuses gravures, exposées dans les cabines du rez-de-chaussée (aussi jusqu’au 20 septembre). J’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour les peintures de Marcel Gromaire, elles sont vraiment magnifiques et je vous recommande absolument cette exposition. En dehors de l’exposition, le musée détient deux immenses toiles, comme « l’abolition de l’esclavage » que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus.

Il y avait aussi une exposition dédiée à une styliste taïwanaise, très connue à Taïwan, Sophie Hong (jusqu’au 20 septembre). Les créations de Sophie Hong sont faites sur de la soie laquée. Pour les réaliser, elle utilise d’anciennes méthodes traditionnelles taïwanaises, notamment pour la teinture qui est entièrement végétale. Le processus prend évidemment plus de temps, mais le rendu est tellement magnifique (photos ci-dessous).

Pendant l’exposition, on peut admirer de nombreuses tenues créées par Sophie Hong, elles sont vraiment très jolies et superbement mises en valeur. J’ai aussi beaucoup aimé les petites poupées créées à son effigie, elles sont adorables. Il y a plusieurs de ces poupées accrochées sur le pan d’un mur, ça donne un côté très mystique (2e photo ci-dessous) que j’aime beaucoup, en plus leurs tenues sont magnifiques.

Comme vous avez dû le comprendre, j’ai beaucoup aimé le Musée La Piscine. Il y a tellement de choses à retenir de ce musée, que ce soit son cadre plein de charme, ses nombreuses œuvres ou encore ses superbes expositions… j’ai passé un super moment, et ce fut le cas aussi pour les 3 autres personnes avec qui j’étais.

Aussi, près du musée se trouve un des alebrijes (sculptures de créatures venant du folklore mexicain) que l’on avait pu découvrir pendant « Eldorado », une série d’événements à Lille sur le thème du Mexique. J’avais eu un énorme coup de cœur pour ces sculptures (2e photo ci-dessous), du coup ça m’a fait très plaisir d’en revoir une.


LaM

Pour la dernière visite de notre été 100% Hauts-de-France, direction Villeneuve d’Ascq et son musée d’art moderne : le LaM.

Le LaM, raccourci de Lille Métropole Musée d’art moderne, art contemporain et art brut (pour le coup c’est un vrai raccourci…), a ouvert ses portes en 1983 grâce aux collections assemblées par Roger Dutilleul et son neveu Jean Masurel.

Le bâtiment principal en briques du musée, que l’on peut voir sur la photo ci-dessous, est l’œuvre de Roland Simounet. Les collections du LaM sont très vastes et variées. Parmi les œuvres d’art moderne, on trouve par exemple des œuvres de Picasso, Modigliani, Fernand Léger ou encore Joan Miró. En plus des œuvres à l’intérieur du musée, il y a également de nombreuses sculptures exposées à l’extérieur, car le musée est situé dans le parc urbain de Villeneuve d’Ascq.

Le LaM est également réputé pour ses nombreuses expositions temporaires de qualité. Au moment de notre visite, l’exposition temporaire était consacrée à William Kentridge. Si toutes les expositions sont de cette qualité, je pense qu’on va souvent revenir au LaM.

 

Exposition William Kentridge (Jusqu’au 13 décembre 2020)

William Kentridge est un artiste sud-africain né en 1955. Il est à la fois graveur, sculpteur, metteur en scène ou encore acteur… j’ai rarement vu autant d’œuvres différentes pour un seul artiste (à part Léonard De Vinci), c’est vraiment incroyable !

L’exposition permet vraiment de se rendre compte de toutes les facettes de cet artiste, on y trouve par exemple de nombreuses affiches et gravures, du théâtre d’ombres ou encore des vidéos le mettant en scène… Il y a de très nombreuses œuvres, d’ailleurs certaines sont présentées pour la première fois en Europe !

Comme William Kentridge est originaire d’Afrique du Sud, il a été très touché par la décolonisation et l’apartheid (son père était un des avocats de Nelson Mandela). Ses œuvres sur le sujet sont très poignantes, ce sont d’ailleurs mes préférées. J’ai particulièrement adoré le théâtre d’ombres mettant en scène la guerre, c’était très impressionnant.

J’ai aussi beaucoup aimé les immenses panneaux que l’on peut voir sur la première photo ci-dessus, provenant de la pièce de théâtre « Sophiatown » qui a pour sujet la démolition du quartier culturel Sophiatown (Johannesburg) dans les années 1950.

De manière générale, j’ai vraiment apprécié la mise en scène de l’exposition, on avait l’impression de pénétrer dans un univers différent à chaque nouvelle pièce. C’est une des expositions les plus riches que j’ai eu l’occasion de voir !

Comme l’exposition dédiée à Kentridge est très vaste, on a eu peu de temps pour voir le reste du musée et des collections permanentes.

Parmi les collections permanentes j’ai adoré le coin art brut, composé tout de même de plus de 5000 œuvres. J’ai surtout eu un coup de cœur pour les fusils réalisés par André Robillard et les manèges en bois de Jean Grard (photos ci-dessus).

C’est vraiment un musée que j’ai adoré visiter (merci à ma sœur de nous y avoir emmenés). J’ai hâte d’y retourner pour une prochaine exposition et surtout pour prendre le temps de contempler les sculptures du parc.


Mémo


 

Villa Cavrois

S’y rendre ?

La Villa Cavrois est située à 10 minutes à pied de l’arrêt Villa Cavrois du tramway R direction Roubaix (en travaux cet été). Il est également possible de rejoindre la villa depuis l’arrêt de métro Gare de Croix-Wasquehal, ça prend plus de temps mais vous pourrez en profiter pour vous balader au joli parc Barbieux.

Sachez aussi, qu’à côté de la Villa Cavrois se trouve le parc Mallet-Stevens, on n’a pas eu le temps d’y aller, mais l’endroit a l’air assez sympa…

 

Horaire et tarif ?

Ouvert de 10h à 18h (en ce moment, il faut réserver un créneau sur internet avant d’y aller).

L’entrée coûte 9,5€ (gratuit : moins de 18 ans en famille, 18-25 ans…).

Site officiel de la Villa Cavrois

 

La Piscine

S’y rendre ?

En métro, le musée se situe à environ 500m de la station Gare Jean Lebas (ligne 2). La gare de Roubaix se trouve également à 500m du musée.

Horaire et tarif ?

Ouvert du mardi au jeudi de 11h à 18h, le vendredi de 11h à 20h et le week-end de 13h à 18h (il est recommandé de réserver sur internet un créneau pour entrer dans le musée).

L’entrée coûte 11€ (9€ tarif réduit) lors des expositions et 9€ (6€ tarif réduit) en dehors des expositions. Gratuit pour les moins de 18 ans.

Site internet du musée La Piscine

 

 

LaM

S’y rendre ?

Prendre la ligne 1 du métro jusqu’à Pont de Bois, puis la « liane 6 » direction Villeneuve d’ascq Contrescarpe ou la ligne 32 direction Wasquehal Jean-Paul Sartre jusqu’à l’arrêt de bus L.A.M.

Horaire et tarif ?

Le musée est ouvert de 10h à 18h du mardi au dimanche. Fermé le lundi.

Le parc de sculptures est ouvert de 9h à 18h du mardi au dimanche. Fermé le lundi.

L’entrée du musée coûte 11€ (8€ tarif réduit). Site internet du LaM

 


Dans mon carnet de voyage



2 thoughts on “

[Hauts-de-France] Les lieux culturels à visiter dans les Hauts-de-France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.